30/01/2010

Témoignage : suite

Une dépression... une reprise du travail... un ménage... une papa malade à soigner... un fils en pleine crise d'adolescence...

J'ai donc pris des médicaments anti-dépresseurs mais l'alcool, sournois, veillait.

Il était présent dans les sorties avec les copains qui tous aimaient bien lever le coude. A la maison,il était là aussi quand l'ambiance avec mon ado devenait vraiment trop électrique (hop ! quelques verres m'aidaient à rester zen )

Un jour, j'ai craqué: j'ai avalé trop de médicaments, pas assez pour mourir. C'était un appel au secours. Mon médecin généraliste qui savait que je buvais un peu trop (bien sûr cela se voit dans les prises de sang !) m'a envoyé de suite à l'hôpital. Je n'avais aucun symptôme d'alcoolémie : pas de tremblements, pas de manque... mais j'ai quand même avoué que je consommais un peu plus que la normale. On m'a fait un sevrage mais on a surtout soigné mon mental. Après trois emaines de bons soins, je suis rentrée à la maison et la vie a repris sans que je n'éprouve aucune envie d'alcool. Trois mois plus tard, dans un restaurant italien, j'ai pris un verre de vin rouge avec mes spaghettis. Je n'aurais pas du ! Pas longtemps après, j'en étais à une bouteille...


 

alcool039oi

 

21:50 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

Commentaires

et ? aujourd'hui ?WYRR

Écrit par : muse | 30/01/2010

J'y viens.... :)

Écrit par : Nobody | 30/01/2010

Les commentaires sont fermés.