19/01/2010

Un groupe de partage

Grégoire Comhaire (LALIBRE.BE):

Les alcooliques anonymes entretiennent ensemble leur abstinence depuis plus de septante ans. Un groupe nous a ouvert ses portes en exclusivité.

 

Reportage

C'est une réunion quelque peu inhabituelle qui nous attend de l'autre côté de cette porte. Une réunion d'ordinaire fermée et réservée aux seuls membres effectifs de cette organisation, tout aussi célèbre par son nom que méconnue par ce qui s'y passe en son coeur. Nous sommes à Auderghem, un jeudi soir sous une pluie d'orage, face à la porte que le groupe local des "Alcooliques Anonymes" a exceptionnellement accepté de nous ouvrir.

AA. Deux lettres qu'affichent près de 20000 portes semblables à travers le monde, derrière lesquelles des milliers d'hommes et de femmes parviennent depuis près de septante ans à retrouver leur dignité au terme d'un long parcours souvent marqué par la honte et la solitude.

Ce sont douze personnes qui nous accueillent à l'intérieur. Hommes et femmes, assis en cercle dans de confortables fauteuils. Ici tout le monde s'appelle par son prénom, car l'anonymat des membres est une règle intransgressible et ce, pour permettre à chacun de se sentir en pleine confiance. Tous les noms qui apparaîtront ici ont donc été volontairement modifiés.

Aujourd'hui, le groupe souhaite la bienvenue à Viviane, une amie qui était déjà venue il y a quelques mois. "Ça ne va pas très fort pour le moment. Je n'ai pas le moral. Je suis convoquée au tribunal. J'ai fait une bosse dans une autre voiture l'autre jour. La conductrice a remarqué que j'avais bu, elle a appelé la police."

Ici, on ne s'interrompt jamais. On écoute, on partage. Marc mène la discussion, donne la parole à tour de rôle à chacun. On parle ou on se tait, il n'y a aucune obligation mais l'on commence toujours à parler de la même façon.

"Patrick, alcoolique. Je vais très bien, j'ai passé une bonne journée. Je continue de pratiquer l'abstinence à plein-temps." On rit beaucoup à ces réunions mais on partage surtout énormément. "Le plus difficile est toujours d'oser passer la porte la première fois, explique Patrick. Il y a cinq ans, je suis arrivé ici assez méfiant en me demandant ce qui m'attendait. Mais une chose m'a frappé d'emblée, tous ces gens étaient comme moi !"

Une impression étrange en forme de bouffée d'oxygène pour lui, dans un quotidien ruiné depuis des années par l'alcool. "Au premier verre, j'étais le roi du monde, à partir du deuxième je ne rêvais que de disparaître..." Telle est d'ailleurs l'histoire des fondateurs des AA en 1935 lorsque deux hommes désespérés par leur irrésistible besoin de boire parviennent à s'abstenir toute une nuit durant en s'enfermant pour en parler.

Abstinence

Aujourd'hui, les habitués du groupe sont tous abstinents, même s'il n'est pas nécessaire de l'être pour en faire partie. Seule la volonté d'arrêter est un critère pour assister aux réunions.

Des réunions que tout le monde s'accorde ici pour considérer comme le meilleur remède contre l'alcoolisme, à condition de les fréquenter avec assiduité. "Voilà vingt ans que je suis abstinent et que je fréquente ce groupe tous les lundis et jeudis soirs, nous explique Victor. Ici j'entretiens mon abstinence. Rester devant la télé un lundi ou un jeudi, c'est déjà faire un pas vers la rechute." Car si l'on parvient à rester abstinent, on ne guérit jamais vraiment de ce qu'on qualifie ici de maladie honteuse. La vigilance reste toujours de mise.

C'est la pause, le temps de griller une cigarette et de partager un café. On inscrit son numéro de téléphone sur une petite fiche pour Thérèse. "Il est très important de se serrer les coudes quand l'un d'entre nous traverse un moment difficile." Une phrase qui en dit long sur l'esprit qui règne ici et que nous résume Marc en quatre mots : "Une grande chaleur humaine."

"Les AA ? On dit qu'ils ont de bons résultats..." Bernard est aujourd'hui reconnaissant à son médecin de lui avoir présenté les choses de cette façon . "Désormais, je ne ressens plus l'abstinence me imposée de l'extérieur, et ici, personne ne me juge. On est entre amis, et on est pareils."

 1291156410

00:00 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : entraide, aa |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.