31/05/2010

Merci

De tout coeur, je tiens à remercier les personnes qui prennent la peine de me lire et surtout de m'écrire un petit mot.

b1q4dc90

Je ne cherche pas les félicitations mais ça fait toujours plaisir de répondre à une question, de savoir que l'on peut être utile ou de recevoir un petit clin d'oeil.

L'alcool est  encore un sujet tabou, un sujet qui rend mal à l'aise.

Pourtant chacun d'entre nous peut être confronté à l'alcoolisme, un jour ou l'autre, soit pour lui-même soit pour un de ses proches.

Mon blog ne veut qu'être un simple témoignage que l'on peut se sortir de l'alcoolisme. 

 

20:30 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

30/05/2010

A partir de quand se sent-on alcoolique?

 

On se pose parfois la question suis-je alcoolique ? A partir de quel moment le suis-je ?

 

Il y a un questionnaire qui permet de se situer par rapport à l'alcool:

                          http://www.automesure.com/Pages/formulaire_alcool.html

 

 

Cela dit, ce n'est pas parce que l'on obtient un résultat assez haut que l'on est nécessairement alcoolique.

Pendant très longtemps, je me suis contentée de boire du vin à table ou un apéritif régulièrement et je ne me suis sentie nullement alcoolique.

Je l'ai ressenti quand l'alcool a pris le pouvoir sur moi. Je ne pouvais pas passer un jour sans prendre un verre.

Je l'ai ressenti aussi  quand j'ai commencé à me dépêcher de rentrer du boulot pour ouvrir une bouteille de vin.

Je me suis sentie alcoolique quand j'ai commencé à ne plus savoir dire stop après quelques verres.

Pour moi, ce n'est pas tant la quantité de l'alcool bu mais la fréquence de ma consommation.

Je ne buvais pas des alcools forts mais de la bière et du vin (heureusement dans le fond, je me serais bien plus abimé la santé).

D'autres personnes boivent certes plus que moi et ne se sentent pas alcooliques.

Pour moi, boire  était devenu une souffrance donc je me suis reconnue alcoolo dépendante

 

 

 

 

 

27205461_p

 

 

22:52 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

24/05/2010

L'acceptation de l'alcoolisme 2

 

Les AA fonctionnent par des étapes :

La première étape est :

"Nous avons admis que nous étions impuissants devant l'alcool - que nous avions perdu la maîtrise de notre vie."

Accepter son alcoolisme, c'est accepter qu'on est malade à vie, qu'on a une allergie à l'alcool, que celui-ci sera toujours le plus fort !

C'est aussi accepter d'être différent des autres, de ne pas pouvoir lever un verre d'alcool lors d'un toast. Je me souviens du regard étonné de certains collègues lors de ma mise à la pré-retraite, j'étais la seule personne ne buvant pas du champagne !

C'est accepter aussi le sourire en coin et dubitatif des personnes vous connaissant bien ou le regard fuyant des personnes de votre entourage qui sont gênées de voir que vous n'êtes plus pareil ou de savoir que vous avez été alcoolique. Pour beaucoup de gens, l'alcoolisme est un vice, une tare alors que c'est une maladie !

C'est accepter aussi de perdre certains soit-disant amis. Ceux qui buvaient en votre compagnie. 

 

jc8b16o7

22:13 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/05/2010

Me revoilà


J'ai fait une longue pause...
non parce que j'aurais rechuté mais parce que j'avais envie de penser à autre chose qu'à l'alcool et l'alcoolisme.

 

 

fleurs

 

Aller fouiller dans son passé est épuisant mais si je veux avancer et ne jamais recommencer à boire, je ne dois jamais oublier que je resterai malade alcoolique (même si abstinente) toute ma vie.

Je vais tenter de continuer ce blog car il me tient à coeur...

Je posterai moins...

Je n'oublierai néanmoins pas que la 12 éme étape des AA est de transmettre le message à l'alcoolique qui souffre encore.

 

 

23:51 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

03/05/2010

Ce soir à la télé: les addictions

 

A voir ce soir à 20h 35, sur France 3 :

Des femmes dans la dépendance: comment sortir d'une addiction ?

 

 

 

 

En France, 25% des soins contre l'addiction à la drogue et à l'alcool concernent des femmes.

Cependant, les services hospitaliers voient se développer des addictions plus féminines, comme les dépendances alimentaires ou la dépendance aux achats compulsifs.

Trois femmes ont accepté de témoigner de leur difficulté à sortir de l'addiction qui ruine leur vie.

Corinne, 42 ans, est suivie par un service d'addictologie du CHU. Elle est surendettée car elle est incapable de se retenir de dépenser. Les conséquences sont dramatiques pour sa famille.

Laetitia, 34 ans, est alcoolique. Elle buvait pour calmer ses angoisses. Elle a réalisé trop tard qu'elle devenait dépendante. Dans une clinique spécialisée, elle se fait soigner.

Anaïs, 21 ans, vient d'être hospitalisée. Elle utilise la nourriture comme une drogue.



Ces trois femmes «dépendantes» ont choisi de se faire soigner pour sortir de leur addiction.

 

zen

 

 

09:08 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

23/04/2010

Prévention alcool

 

Une vidéo bien faite et destinée aux étudiants.

 

 

 

480602274_small

 

23:35 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

22/04/2010

Petit clin d'oeil

 

Une photo prise à Bruxelles où un café porte le nom de "Cercueil"

La vitrine est décorée en fonction du nom de l'établissement.

Y a-t-il beaucoup de clients ?

 Rire !  

 

 

046

22:44 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

20/04/2010

Un témoignage fort

 

Ceci est un témoignage, trouvé sur le net, qui m'a touché très fort.

PasséPrésent (23 ans) - Nationalité française - le 17 Mars 2010

 

"Bonjour à tous. Un besoin de parler à des gens qui ont connu ce que j'ai vécu. Je suis fille unique. Ma mère a eu des problèmes d'alcool pendant près de 10 ans. Elle a arrêté depuis 3 ans.

C'est le drame de ma vie. Un papa très occupé par son travail, pas souvent là, et qui a trouvé dans mon métier un moyen d'échapper à tout ça. Et moi, toute seule. Voir sa mère ne plus tenir debout, petite, tomber dans la cuisine tellement l'ivresse est indescriptible. "La cachette", qui n'en est pas une puisque je savais ce qu'il y avait derrière cette porte.... J'ai du pendant près de 10 ans faire semblant, mentir, pour protéger ma famille, sans me protéger moi même. Et puis j'ai essayé de faire ma scolarité comme je l'ai pu, je suis entrée en école d'infirmière... Imaginez mon mal-être lorsque nous avons abordé le module addictologie..... Et puis moi, j'ai mûri vite, trop vite! J’avais 20 ans, j'en ai 23... Jusqu'à ce jour, ce soir où, revenant de mon stage de 2ème année, le stress de ma formation, les difficultés à "tout" gérer, ça m'a filé entre les doigts. Ce soir là, ma mère, à son habitude.... Mais ce soir là, c'était le soir de trop! Révoltée, en colère, la rage.... J'ai presque failli me battre avec ma mère, tellement je me sentais seule, et pas SA fille, depuis toutes ces années. Tellement j'ai souffert de SON addiction. J'ai appelé à l'aide ma marraine (sœur de ma mère), avec mon tonton; ils sont venus, on a vidé, tout vidé, on a tout fouillé, toute la maison, on a retrouvé des cadavres de bouteilles partout, vous ne pouvez vous imaginer à quel point il y en avait partout. Et pas du bon vin, pas des "bon alcools"... de la "piquette" comme on a l'habitude de dire. Mon père, menaçant ma mère de partir et nous laisser. Moi, criant de désespoir "Mais je n'ai rien demandé moi tu ne vas me laisser gérer ENCORE toute seule, me délaisser". Après quelques jours passés chez ma marraine, je suis revenue. Mon père qui s'enfermait dans la chambre commune... Et puis on a découvert tout ce qui découlait de son alcoolisme. Des factures cachées, pour cacher son problème, jusqu'à des courriers d'huissiers menaçant de TOUT saisir!!! et puis on a discuté, beaucoup, et puis ma mère a pris conscience de tout ça! (j'écourte)

Ca fait 3 ans, moi qui pensais ma famille démolie à tout jamais, mes parents adorés, se sont mariés le 6 février 2010. Un rêve après tout ce qu'on a vécu. la preuve que rien n'est perdu. Notre bonheur à tous, même si la maladie est bien sur toujours là, mais on est là aussi pour aider ma mère. Merci maman, bravo maman, c'est MA maman. Mais moi, moi depuis tout ça. Au fond de moi, une énorme souffrance, je n'oublierais jamais. Une carapace faite de rondeurs qui pèsent tout le poids de ma douleur. Mon chéri, présent, qui tant bien que mal, avec beaucoup de mal, m'aide a atténuer tout ça. Le comportement que j'ai désormais à cause de mon passé, est intolérable. J'ai fini, sans m'en rendre compte, par ne plus accepter quelque soit l'addiction de mes proches. L'addiction je dis, la consommation, simple consommation, qui n'est pas une addiction. Une addiction, c'est lorsque c'est répétitif, maladif...Eh oui, j'empêche mon homme de vivre, de s'accorder des libertés, à cause de moi. J'ai peur, peur que cette simple consommation, devienne un jour , une addiction. Peur de souffrir à nouveau. Alors que faire, comment trouver la voix qui me permettra de ne plus comparer toujours mon présent, à mon passé ?... Merci à vous qui avez su me lire.

 


 

metz-france-5174829364-16587

 

 

22:14 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

19/04/2010

A lire: Excès

 

Un livre que je ne manquerai pas de lire, c'est celui qu'a écrit Jacques Mercier, ancien animateur télé de la RTBF.

Il s'agit de "Excès", un roman où l'auteur raconte la vie d'un homme qui a deux addictions; les filles et l'alcool.

Cette histoire est en partie autobiographique. 

L'histoire veut qu'après avoir lu le livre, Philippe Geluck ait envoyé le message suivant à l'auteur : « Tu nous fais partager tes sentiments, tes pulsions et c'est couillu ».

Le roman parle donc des excès d'alcool et de filles, mais le message final est tout même résolument optimiste : on peut sortir de ses excès.

 

9782356870599

 

22:04 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

12/04/2010

24h à la fois

 

24 heures à la fois, on peut y arriver...

 

 

 

21:26 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

11/04/2010

L'acceptation de son alcoolisme 1

Les AA fonctionnent par des étapes :

La première étape est :

"Nous avons admis que nous étions impuissants devant l'alcool - que nous avions perdu la maîtrise de notre vie."

L'acceptation est l'étape la plus difficile pour celui qui veut arrêter l'alcool.

Il faut accepter de ne plus boire une seule goutte de ce breuvage qui nous a accompagné durant une partie de notre vie et que nous aimons bien souvent.

Il est trop difficile de penser : "Je ne boirai plus jamais", d'imaginer tous les les Noël, tous les barbecues, tous les anniversaires ... que nous fêterons sans prendre un verre.

C'est pour cela , qu'en AA, j'ai appris à ne vivre que le moment présent, de vivre 24 heures à la fois.

Je me dis: "Aujourd'hui quoi qu'il arrive, je ne boirai pas, demain, je ne sais pas..."

Au début , un ancien, auprès duquel je gémissais que d'arrêter l'alcool définitivement était trop difficile,  m'a dit:

"Imagine qu'au moment où tu t'es mariée, on avait mis, devant toi,  toute la vaisselle d'une vie, toutes les pommes de terre à éplucher... , te serais-tu mariée ? Tous les gestes du quotidien, tu les as faits un jour à la fois. Fais pareil avec l'alcool"

Cela m'a aidée.

 

papillon-700

 

21:15 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

04/04/2010

Joyeuses Pâques

 

 

1635614408

 

09:09 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

02/04/2010

Texte écrit sur ma petite carte AA

Aujourd'hui seulement

Je vivrai calmement les 12 prochaines heures et n'attaquerai pas tous les problèmes à la fois.
J'améliorerai mon esprit.
J'apprendrai à me rendre utile.
Je lirai des livres qui requièrent de la réflexion et de la concentration.

Je serai agréable, courtois et modéré.
Je parlerai d'une voix calme et douce.

Je ne chercherai pas des fautes à mes amis, à mes parents.
Je n'essaierai d'améliorer personne d'autre que moi-même.

J'aurai un programme, je ne le suivrai pas exactement, mais j'en aurai un. Je me protégerai contre deux ennemis: la hâte et l'indécision.

Je perfectionnerai mon caractère de trois manières: je ferai une bonne action et je la garderai secrète, je ferai un travail qui ne me plaît pas, j'essaierai de comprendre et de tolérer un fait ou une personne qui je n'aime pas.

Aujourd'hui seulement, je n'aurai pas peur.
Aujourd'hui seulement.

 

557475565_small

21:56 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

31/03/2010

Poème sur l'alcool

 

 

Quand vous irez dans un endroit,
Où vous verrez du monde qui boit,
Prenez le temps d'examiner,
Ceux que vous verrez s'amuser.
Ils y en a qui boivent beaucoup,
En espérant oublier tout,
Et ils essaient de se faire croire,
Qu'avec une aventure d'un soir,
Ils oublieront toute la peine,
Qu'ils ont eue durant la semaine.


Il y en a qui cherchent une amitié,
Mais dans ces endroits, c'est difficile à trouver,
D'autres cherchent le grand amour,
Peut-être le trouveront-ils un jour,
Il y en a qui ont tout pour être heureux,
Et qui ne viennent qu'en curieux,
Il y en a qui n'ont même pas dix-huit ans,
Qui viennent se chercher un amant,
Car à leur avis,
C'est comme ça qu'on apprend la vie,
Il y en a qui sont plus vieux,
Mais qui veulent être encore heureux,
Ils en ont assez de la solitude,
Et veulent changer leurs habitudes.

Pour ces gens, n'ayez pas de mépris,
Vous qui êtes heureux aujourd'hui.
Vous ne savez ce que sera demain,
Et peut-être serez-vous l'an prochain,
Parmi tous ces malheureux,
Qui pour un soir veulent être heureux.

Poème trouvé sur le net.

alcool_blog_2

22:17 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

30/03/2010

Gratitude

 

 

Pictures2

 

Ces mots de Roger Babson, je les ai faits miens et  je rends

grâce à ma Puissance Supérieure.

21:55 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

29/03/2010

La méthode AA

 

Nécessité d'éprouver le désir d'arrêter de boire .


Ne pas prendre le 1er verre - aujourd'hui.


Vivre 24 heures à la fois - chaque jour, je maintiens mon désir de ne pas boire.


Arrêter pour soi.


Participer à des réunions de groupes : être écouté sans être jugé.


Ne pas vouloir s'en tirer tout seul ( cela ne marche pas ).


Accepter l'aide d'autrui -A.A, médecin...


Accepter l'aide d'une puissance supérieure à la nôtre.
Selon nos convictions, ce sera : Dieu, le groupe, ou...


Changer progressivement son mode de vie et ses priorités .  


Persévérer.


Assister aux réunions régulièrement.


Participer mais aussi écouter.

 

cube-AA1123

 

21:30 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

28/03/2010

Un témoignage en chanson

 

Une façon très originale de témoigner de l'arrêt de l'alcool : chanter en rap !

C'est rare, tout de même qu'un jeune prenne si vite conscience de ses problèmes d'alcool et se prenne en main.

Je souhaite bonne continuation à ce jeune papa !

 

 

21:30 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

27/03/2010

Mon témoignage: ma première réunion AA

 

Lors de ma première réunion AA, après les mots d’accueil et les premiers témoignages, est arrivé mon tour.

Le modérateur m’a demandé si je voulais m’exprimer, il n’y avait aucune obligation.

Oui, je désirais m’exprimer: j’ai déposé mon fardeau et j’ai pleuré en disant que moi aussi, je me reconnaissais alcoolique et que seule, je n’arrivais pas à me sortir de cet enfer.

Plein de gentils regards compréhensifs et d’oreilles compatissantes me suivaient.

On m‘a tout d’abord rassurée en me disant que je n’étais pas une femme indigne et nulle mais que j’étais tout simplement malade.

J’avais l’impression en entendant cela qu’on enlevait un énorme poids de mon cœur.

On m’a dit de vivre 24 heures à la fois, de pas boire le premier verre, de maintenir ce désir d’arrêter de boire chaque jour. Si cela me semblait trop difficile, je devais essayer de fonctionner durant de plus courtes périodes en me disant : "durant deux heures, je ne bois pas" et continuer en résistant.

On ne m’a pas caché que ce serait dur au début et qu’il faudrait que je m’accroche.

D’autres conseils m’ont été donnés ce soir là:

Chaque fois que j’avais soif, je devais essayer de faire quelque chose dont je n’avais pas l’habitude, sortir me promener quitte à abandonner la préparation du souper .

On m’a dit aussi d’arrêter de boire pour moi seule, pas pour faire plaisir à quelqu’un.

Il m'a été conseillé de boire beaucoup d’eau ou de boissons sucrées, celles-ci pour compenser le manque de sucre qu’apportait l’alcool.

Et surtout, on m’a donné une petite carte, sur laquelle de nombreuses personnes avaient noté leur numéro de téléphone pour que je puisse les appeler jour et nuit si j’étais trop mal et que je ne pouvais pas résister à l’envie de boire.

Je ne me sentais plus seule, j’avais passé la porte vers la délivrance.

 

entraide_du_haut_pays

 

21:40 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

26/03/2010

Alcool et foetus

 

Alcool et grossesse : quand maman boit, bébé est pompette.

Bien souvent, on pense à tort que l’alcool contenu dans le sang de la maman se transmet au bébé uniquement en cas d’allaitement maternel.

En réalité, la transmission se fait aussi et surtout durant la grossesse. Pire encore, la détoxication de l’alcool n’étant possible qu’au bout de quelques heures, la substance arrive très concentrée dans le sang de bébé. De plus, le liquide amniotique est aussi infecté. Bref, même avec un seul verre bu par maman, bébé est ivre et baigne dans l’alcool.

 

La consommation d’alcool, même avec modération, provoque des fausses couches durant le premier trimestre de grossesse. De nombreuses grossesses arrivent toutefois à terme, mais présentent des risques élevés de retard de croissance chez le bébé.

Si la future maman boit trop, le foetus est exposé au syndrome d’alcoolisation. Les bébés touchés par ce syndrome peuvent présenter à la naissance des anomalies au niveau du crâne et du visage. Leur croissance est en retard et leur système nerveux central n’est pas épargné. En grandissant, ils rencontrent des troubles du langage et du comportement.

Alcool et grossesse : arrêtez de boire le plus tôt possible  !

De nombreuses femmes arrivent à stopper net l’alcool dès qu’elles apprennent leur grossesse. Pour les plus réticentes, la présentation des dangers de l’alcool provoque une prise de conscience. Mais ce n’est pas toujours le cas. Malgré leur volonté, les futures mamans dépendantes à l’alcool ont besoin d’une aide particulière. De nombreuses formes de prise en charge leur seront présentées, mais la décision finale leur appartient.

Le premier pas à faire pour arrêter de boire est de reconnaître que l’on est dépendant. Pour cela, préférez en parler avec votre médecin ou votre gynécologue. Il vous orientera vers des spécialistes en alcoologie.

arton157-eef3b

 

22:00 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

18/03/2010

Le témoignage d'un membre AA

Un témoignage très fort d'un alcoolo-dépendant qui s'en est sorti

 

 

LOGO_I~1


 

21:30 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

alcool

 

 

Je suis alcoolique, j'ai besoin de votre aide

 



Ne me sermonnez pas, ne me blâmez pas, ne me réprimandez pas. Vous ne seriez pas fâchés contre moi si je souffrais de tuberculose ou de diabète. L'
alcoolisme est aussi une maladie.

Ne jetez pas mes bouteilles ; ce n
est que gaspillage parce que je trouverai toujours moyen de men procurer d
autres.

Ne me laissez pas provoquer votre colère. Si vous m
attaquez verbalement ou physiquement, vous ne ferez que confirmer la mauvaise opinion que j
ai de moi-même. Je me déteste déjà suffisamment.

Ne permettez pas que votre amour pour moi et votre inquiétude à mon sujet vous portent à faire à ma place ce que je devrais faire moi-même. Si vous assumez mes responsabilités, vous m
empêchez irrémédiablement de les assumer. Mon sentiment de culpabilité augmentera, et vous m
en voudrez.

N
acceptez pas mes promesses. Je promettrai nimporte quoi pour me tirer daffaire. Mais la nature de ma maladie m
empêche de les tenir, même si je suis sincère au moment où je les fais.

Ne faites pas de vaines menaces. Quand vous aurez pris une décision, soyez inébranlable.

Ne croyez pas tout ce que je vous dis, c
’est peut-être un mensonge ; nier la réalité est un symptôme de ma maladie. Du reste, je suis porté à ne pas respecter ceux que je peux duper trop facilement.

Ne me laissez pas vous exploiter ou abuser de votre bonne volonté en aucune façon. L
amour ne peut survivre longtemps dans un climat d
’injustice.

N
essayez pas de dissimuler la vérité à mon sujet ou de me soustraire aux conséquences de mon intempérance. Ne mentez pas, ne payez pas mes dettes, nallez pas travailler pour faire face à mes obligations familiales. Ces interventions peuvent retarder ou atténuer la crise qui, précisément, me pousserait à rechercher de laide. Je ne peux continuer de nier que jai un problème dalcool aussi longtemps que vous me permettez d
’échapper automatiquement aux conséquences de mon intempérance.

Surtout, renseignez-vous autant que possible sur l
’alcoolisme et sur la façon dont vous devez agir avec moi…


Je vous aime,

Votre alcoolique.

Texte trouvé sur le net

 

15:49 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/03/2010

Le déni d'alcoolisme

 

Pour ne pas voir elles-mêmes qu'elles sont devenues dépendantes, les personnes alcooliques adoptent une attitude de défense déroutante pour leur entourage: le déni.

Pour la personne dépendante, le déni est une manière de justifier sa consommation d'alcool. Toutes les critiques et tous les reproches sont,à ses yeux, autant de raisons pour continuer de boire, car ils donnent à la personne alcoolique l'impression d'être incomprise, mal aimée et coupable.

 

Aussi longtemps que la personne alcoolique se trouve des excuses pour boire, elle ne pourra pas aborder son vrai problème, la dépendance.

 

miro

22:10 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

15/03/2010

L'alcool et les adolescents

Alors, Lionel, ces vacances ? -

Top cool, une cuite tous les soirs. T'aurais vu la défonce !

Lionel, 16 ans, parade. C'est le plus grand buveur de la classe. Il ne boit pas durant la semaine. Mais attend avec impatience la cuite du samedi soir avec les copains. Un rituel. la défonce hebdomadaire.

" La manière de boire a changé, souligne le délégué général adjoint du Comité d'éducation pour la santé en France: les jeunes consomment moins en quantité, mais ils pratiquent " l'alcool défonce ".
Beaucoup qui sont totalement abstinents pendant la semaine s'enivrent du vendredi soir au dimanche soir. "


Le " carburant " ?

Surtout la bière et les alcools forts.

Nathalie, caissière,  constate que des bandes de copains " dévalisent " régulièrement le samedi après midi le rayon alcool de son magasin. "

Ils viennent à 5 ou 6, tout contents, car ils vont faire la fête ce soir " Ils remplissent le caddie de bières, whisky, tequila, vodka, sangria, et de biscuits apéritifs.

Les plus âgés me disent être majeurs, mais les plus petits me paraissent bien jeunes. Ils payent toujours en liquide. J'espère que chez eux, un adulte surveille ce qu'ils font ."


" Bon d'accord, ils font la fête, mais nos enfants ne sont pas alcooliques, ils se sont juste un peu amusés. C'est de leur âge ", répondent des parents, souvent inconscients des risques.

 Les statistiques sont pourtant impitoyables : un tiers des jeunes adeptes des ivresses de fin de semaine deviendront alcooliques. D'ores et déjà, 13 % des alcooliques ont moins de 30 ans.

L'alcool tue de trente-cinq à cinquante mille personnes chaque année en France (selon les différentes sources médicales). Et il est impliqué dans quatre accidents de la route sur dix, et dans 50 % des agressions violentes.


large_478916

21:00 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

14/03/2010

Les AA

 

 

 

 

 

 

jesuisresponsable

 

 

21:39 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

13/03/2010

Mon témoignage :Moment un peu plus difficile

Comme chaque année, à cette époque, c'est la folie dans le village où je vis.

Partout c'est de la musique,des cris de joie... et de l'alcool qui coule à flots à l'occasion du Laetare.

Je n'aime pas cette période car  elle me rappelle de mauvais mais aussi de très bons souvenirs.

J'ai un peu la nostalgie du temps où  j'étais capable de m'amuser en buvant juste quelques verres d'alcool, où j'étais joyeuse,où je pouvais danser et rire.

Sans alcool, je n'en suis pas capable. 

Déjà ce soir, j'entends des cris , des bruits de musique qui arrivent jusqu'à mes oreilles.

Demain, le cortège carnavalesque passera devant ma fenêtre.

Je n'ai  pas soif mais ces liesses populaires où l'alcool est très présent me mettent mal à l'aise.

Demain, je serai aux abonnés absents. ma porte sera fermée.

Je ne vais pas m'apitoier sur mon sort.

L'alcool n'est plus pour moi.

 

U8GI000Z

 

 

"Il vaut mieux garder la nostalgie d'un paradis en le quittant que de le transformer en enfer en le gardant".

21:34 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

11/03/2010

Libre

Un jour, j'ai pris conscience que j'étais alcoolo-dépendante.

J'ai appris à me passer de l'alccol.

Je me sens libre.

 

voilier
 

 

Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, on faut apprendre à orienter ses voiles.

James Dean

 

22:28 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

10/03/2010

Comment s'en sortir ?

Différentes solutions s'offrent à la personne qui a décidé de sortir de l'alcoolisme:

- S'adresser à son médecin traitant.

S'il n'est pas spécialiste de l'alcoolisme, il peut orienter son patient vers un alcoologue.

 

ligne

 

- Suivre une cure de sevrage.

Cela signifie l'arrêt complet de toute prise d'alcool grâce à une prise en charge dans un centre de désintoxication ou un service d'alcoologie à l'hôpital.

Le choix de l'un ou de l'autre se fait avec le patient après information de sa maladie, ses conséquences, éventuellement après un examen médical complet ( digestif, neurologique...) en prenant compte de l'ensemble des problèmes.

La durée du sevrage est d'environ 7 jours  ( au-delà, il n'y a plus de risque d'apparition du syndrome de sevrage).

ligne

 

- Entamer une psychothérapie (psychanalyse, psychothérapie cognito-comportementaliste, thérapie de couple, familiale...)

Cette solution permet d'aider le malade à comprendre le rôle de l'alcool dans sa problématique et de reconstruire une image valorisante de lui-même.

ligne

 

-Suivre des réunions d'associations d'anciens buveurs.

Les plus connues sont: Vie Libre, la Croix d'Or, la Croix Bleue, les Alcooliques Anonymes(AA)

La force de ces mouvements repose sur la disponibilté, le partage de l'expérience et de la connaissance de la maladie, l'accompagnement, le fait de retrouver une utilité sociale collective.

Le mieux est de proposer au patient d'assister à diverses réunions puis de choisir le mouvement au sein duquel il se sent bien.

 

jonquilles1
 

 

 

20:30 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

09/03/2010

Sorties alcoolisées

 

On ne le dira jamais assez : l'alcool tue trop, sans

 oublier la drogue i

Trop de jeunes de ma région y ont laissé leur peau

Ca me touche au plus haut point .

 

 

 

1190189002_2kwjfd6h

 

22:00 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

08/03/2010

Mon témoignage: premiers pas vers AA


Un soir , seule à la maison, j'étais attablée avec mon verre de vin, repensant aux angoisses de la veille, je pleurais.

Je ne sais ce qui m'a pris; j'ai empoigné l'annuaire téléphonique et j'ai cherché le numéro des Alcooliques Anonymes. 

Pourtant, seules quelques rares fois, mon médecin m'en avait parlé, sans vraiment insister. 

Tout le monde me disait que je devais diminuer ma consommation mais personne ne m'avait parlé d'arrêter l'alcool.

Au téléphone,une personne très gentille m'a répondu et m'a dit que je n'étais pas seule. Elle m'a raconté son parcours et m'a surtout écoutée. Elle m'a encouragé à aller une première fois à une réunion pour me faire une opinion.

Comme je ne savais où aller, j'ai téléphoné ensuite à un ancien camarade de classe qui était devenu abstinent pour qu'il m'aide lui aussi. Il m'a dit: "je t'emmène vendredi ".

Le jour venu ( j'avais bu deux verres pour me donner du courage), j'ai franchi, toute tremblante, la porte du local AA.

Une quinzaine de personnes étaient attablées. Elles souriaient toutes et m'ont souhaité la bienvenue.

Quand la réunion a commencé, elles se sont toutes levées pour réciter une prière: la prière de la sérénité.

Je me suis dit "mais où suis-je tombée?"

Directement le modérateur  m'a expliqué que AA n'était lié à aucune confession, aucune religion... et que le mot "Dieu" pouvait être remplacé par un autre mot, qu'il représentait simplement  une puissance supérieure à nous et que celle-ci pouvait être par exemple la force qui émane du groupe.

On m'a expliqué aussi en quoi consistait la méthode AA puis chaque personne a témoigné de son parcours en guise d'accueil pour la nouvelle que j'étais.

De suite, je me suis sentie chez moi, parmi les gens qui avaient le même problème que moi.

 

 regard

 

 

21:43 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alcoolisme |  Facebook |

02/03/2010

Rire fait du bien

Là, c'est trop marrant que ce cycliste qui visiblement a trop bu !

L'alcoolisme est un sujet sérieux mais ceci un petit clin d'oeil...

 

 

rire-enfant-761423fef

 

21:30 Écrit par Nobody dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : alcoolisme |  Facebook |